Latest post:

Légalité (variable) n'est pas moralité
June 8th, 2017
Légalité (variable) n'est pas moralité

Visiblement, la France continue son retour en arrière judiciaire… Délit d'intention, surveillance de masse, procédures supposées "contradictoires" mais avec juge et partie identique, absence pratique de recours en cas d'abus, État policier sans contrôle judiciaire (donc principe de séparation des pouvoirs passé à la trappe), principe de précaution à géométrie variable… tout en prétendant qu' il suffit que ce soit légal (ou même simplement pas explicitement illégal) pour être moral —erreur de base en philosophie ! Une majorité de candidats au bac le sait, mais l'électeur moyen l'a oublié !

Les risques de telles dérives sont compris, et supposément dépassés, depuis l'abolition de la chasse aux sorcières, et la fin de l'inquisition… On est en plein retour au Moyen-Âge, mais tout le monde s'en fout. Tout comme au Moyen-Âge la foule était heureuse de voir des sorcières pendues ou noyées, le peuple actuel tombe dans l'indifférence et le repli sur soi.

Et ce n'est pas simplement par inattention… puisque la presse, la Cour européenne des droits de l’homme, le Défenseur des droits français, le Conseil d'État et le Conseil constitutionnel expriment et vont continuer d'exprimer des réserves, des mises en garde contre les excès, des censures, etc.

Mais non, nouveau président supposément intelligent et brillant, nouveau gouvernement et quelle démarche ? « Soyons de gros bœufs, ça plait au peuple ! »

Impossible politiquement de sortir de la logique, alors même que l'efficacité de toutes ces mesures répressives n'a jamais été démontrée, que vigipirate n'a jamais servi à rien sauf à installer depuis 1995 (!) l'armée dans l'espace public et la confusion entre guerre et paix (ça permet de vendre des armes dans le golf, sans se poser trop de questions ?)… Au moindre incident par une poignée de malades mentaux, certains bien-pensants pousseraient immédiatement des cris, dénonçant le "scandale" de la fin de mesures qui ne servaient pourtant à rien, qui n'auraient en rien empêché ledit incident, et ces cris ne seraient pas pour protéger les français mais simplement par ambition personnelle, tout le monde le sait… Mais le peuple continue malgré tout d'avaler les attaques contre la liberté comme si cela allait de soi ; « France, pays des droits de l'Homme » ? Bonne blague !