Latest post:

«  On n'abdique pas l'honneur d'être une cible  »
November 18th, 2015
« On n'abdique pas l'honneur d'être une cible »
[one doesn't forgo the honour of being a target]
— Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand).

   On ne tombe pas dans le tout sécuritaire, dans la trahison des idéaux, dans la petitesse, dans la « 200 morts à Paris? Oublions l'Ukraine et trouvons Poutine merveilleux »…
   On ne tombe pas dans le bombardement massif. Tant pis pour les dégâts collatéraux, pour les femmes enlevées, les victimes réduites à l'esclavage (ce qui était quand même —à la base— les raisons pour lesquels nous trouvions que Daesh méritait réponse, avant les attentats)? Vraiment? Comme pour les guerres du golf, on va prétendre que c'est sans victime civile, juste des bombardements "chirurgicaux"? On nous dira que "nécessité fait loi", même si on montre alors tout autant d'indifférence et aussi peu de compassion pour les victimes de Daesh que les hommes de Daesh eux-mêmes, par les méthodes d'intervention choisies? Même si on instrumentalise les victimes, les objectifie, ramène leurs morts à un "mal nécessaire" (tant que c'est eux, pas nous!)?

   Apparemment, la devise parisienne « Fluctuat nec mergitur » est à la mode. L'idée d'être balloté par les flots pourrait cependant indiquer d'être prêt à tous les compromis détestables pour survivre. Cyrano de Bergerac fournit peut-être un rappel utile que l'on se doit de s'épanouir au delà de la simple survie, que la vie vaut par ce qu'on en fait, par le sens qu'on lui donne. Ce n'est peut-être pas le cas au niveau animal mais, tout animal qu'il soit, l'Homme est aussi un chercheur de sens!
   Du sens peut être donné avec des notions manichéennes de Bien contre Mal (comme Daesh le fait), ou peut être donné par des idéaux tels que liberté, égalité, fraternité, curiosité, compassion, générosité, intégration, ouverture, amour, etc. Toutes ces dernières notions sont facilement qualifiées de 'niaises' et d' 'irréalistes' par une société consumériste… qui vend plus quand elle 'individualise', quand elle sépare les gens, quand elle rejette le partage! Le consumérisme paraît pourtant lui-même bien 'niais' face à la mort et face au terrorisme. Il est peut-être temps de renouer avec des notions trop facilement perçues comme "dépassées", de les remettre d'actualité, de renouer avec des notions éthiques (non pas à la place du capitalisme mais simplement pour complémenter un capitalisme, qui n'est ni moral ni immoral en soi et donc qui ne peut pas répondre à tout, qui doit être adossé à d'autres idéaux); toute "croissance" n'est pas intrinsèquement louable (glus.wallez.name/R2vy7gQk5XB).

   Et quand on donne du sens à la vie par des idéaux dépassant les clivages outranciers et les caricatures, des idéaux de partage (y compris via une croissance pour tous, pas seulement compétition), et que ces idéaux font de nous des cibles, alors « on n'abdique pas l'honneur d'être une cible »!
   On se soulève pour intégrer mieux, pour aimer mieux, pour donner plus, pour aider plus, pour comprendre mieux et plus… pour prévenir plus aussi. On voit les victimes de dérives sectaires comme des 'victimes'! On vise à réduire la distance entre idéaux et réalité (tout en comprenant qu'il y en aura toujours une, et que le travail pour réduire cette distance est sans fin, sans cesse à renouveler au gré des circonstances… Tant que le monde change, rien n'est acquis) et on cherche à traiter les causes, pas seulement les symptômes.


#Philosophy